mercredi 20 juin 2018

Toponymie et homonymie

J'ai toujours voulu être autonome ou indépendant et ce, depuis mon plus jeune âge. Cela a commencé très tôt puisque j'avais repéré à l'âge de 2 ans quelques rues à Epinay-Sur-Seine, en Seine-Saint-Denis, pour aller du domicile parental au domicile de mes grand-parents, en faisant bien attention aux feux tricolores avant de traverser. A l'époque, bien évidemment, je ne savais pas parler ou écrire, comme tous les enfants de 3 ans car j'étais très petit.  
 
Un jour, mon père et ma mère semblaient se disputer et j'avais pris la décision à l'âge de 3 ans environ de partir tout seul du domicile de mes parents pour rejoindre le domicile de mes grand-parents. Il fallait parcourir environ 850 mètres et traverser une nationale à 4 voies pour aller chez mes grand-parents. Pour mes parents, j'avais disparu et j'étais petit, tout petit. Quelle affaire quand on y pense ! Mais rassurez vous, je n'en suis pas mort.
 
Enfant, j'avais commencé à rédiger un journal intime. Par exemple, j'avais écrit :
- le dimanche 5 octobre 1986 : "Aujourd'hui j'ai fait de la batterye. J'ai jouer au policier..." ;
- le mardi 7 octobre 1986 : "... j'ai jouer à la police" ;
- le samedi 18 octobre : "... j'ai joué au gobo et au renégas et et sais tous pour ai aujourd'hui" ;
- le mercredi 29 juin 1988 : "...j'ai joué au monopoly..."
 
Impressionnant, vous ne trouvez pas ? Cette volonté de faire un journal était déjà là en 1986 mais j'avais des problèmes avec l'orthographe car j'étais à l'école primaire. D'ailleurs, on a failli faire un journal au collège Robespierre qui devait se nommer l'Orange bleu, si mes souvenirs sont exacts. L'ambition de l'indépendance, la volonté de faire mon journal et aujourd'hui, je suis Chroniqueur Indépendant et mène des "enquêtes" à la manière d'un "renégat" en faisant attention à la police de caractère. Et tout cela pour ramasser des billets et notamment m'acheter un beau chapeau ou une belle casquette.
 
Mais voilà, je suis tombé sur un problème gigantesque : la langue française.
 
Vouloir informer est une chose, en être capable en est une autre. Qu'est ce qu'un journal et qu'est ce que l'Isère ? Pourquoi nommer ce site internet www.journalisere.fr ?
 
Je me souviens qu'un jour mon père avait loué une caravane dans un camping mais un homonyme avait déjà occupé la caravane. On ne savait pas où on allait dormir mais le camping a trouvé une caravane toute pourrie et dégueulasse pour nous loger. C'est amusant quand on y repense, vous ne trouvez pas ?
 
Une fois, quand j'étais adolescent, un individu entra dans un wagon du RER C dans lequel je me trouvais et me demanda la direction pour aller à Epinay. Je connaissais bien le trajet mais je lui indiquais Epinay-Sur-Seine or, sur le passage de la ligne C du RER, il y avait une commune qui se nommait Epinay-sur-Orge qui allait dans la direction opposée. Je l'ignorais mais le passager qui cherchait son chemin me permis de faire cette incroyable découverte.
 
  
    
C'est amusant quand y pense le jeu de mots RATP ou Rentre Avec Tes Pieds dans une République en marche ? Il faut seulement espérer ne pas être handicapé ou malade or, dans un monde idéal, la maladie n'existe pas et il n'y a pas besoin de médecins.
 
Alors, je découvrais qu'il existait plus d'une cinquantaine de communes se nommant Saint-Denis... "c'est de la bombe baby... Saint-Denis, Saint-Denis, Fon-fonky fresh... ". Et une spéciale dédicace à Joliot Curie ! 
 
Une fois, je suis même allé dans ou à côté de la ville de Nazareth en Hollande et le plus incroyable, j'ai même joué au basket-ball à Paris, avec un certain Jésus mais pas au Texas.
 
Des exemples comme cela, je pourrai en sortir de nombreux et vous avez constaté que le World Trade Center existe encore, mais à Grenoble. Allez leur dire que le Word Trade Center n'a pas été détruit sur France Télévision et ils vous imagineront complotistes.
 
Récemment, j'ai voulu contacter Bernard DEBRE, ancien député de Paris, que j'avais rencontré deux fois et si vous allez sur Wikipédia dans la rubrique Liens externes ou que vous taper Bernard Debré sur Google, vous tomberez sur le site internet https://www.bernarddebre.fr/ d'un homonyme qui parle de BRICO JARDIN ou d'AUTO/MOTO, selon lui.
 
Alors, j'écris un journal et habite dans le département de l'isère dans une commune où passe l'Isrère. Il était donc naturel de nommer mon site www.journalisere.fr, vous ne trouvez pas ? On va pas en faire une "affaire" judiciaire même si je ne suis pas très grand !

Cet après-midi, j'ai vu un reportage sur FRANCE 2 sur la commune de ROMANS-SUR-ISERE mais sur les panneaux de la commune en question, il était écrit "ROMANS". J'ai donc écrit à cette commune pour qu'elle me parle de l'Isère car à mon petit niveau, je n'ai pas eu l'occasion de longer l'Isère. Cela pourrait être une information locale par rapport à l'Isère mais bien évidemment, j'attends la réponse de cette commune.

Je ne vais pas prolonger ce texte pour en faire un roman sur l'Isère mais la géographie et la toponymie, c'est passionnant !

Alors vive www.journalisere.fr !

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ajouté le 24/06/2018

Sans vouloir faire l'apologie de la Saint-Barthélemy, est ce que les celtiques ou mieux les véritables CELTICS aiment sincèrement  l'IRA de Nantes (est ce que Nantes est vraiment celtique) ?

Il n'est pas question ici de faire l'apologie du terrorisme ou de la lutte pour l'indépendance de l'Irlande, par rapport au maintien de l'Irlande au sein de l'Union Européenne suite à la décision du Brexit de la part de l'Angleterre, mais certains basketteurs de la NBA ont peut être une réponse sur le sujet.

Certains artistes utilisent des bombes pour mettre "Paris sous les bombes" ou des femmes sexy, comme s'il s'agissait de bombes atomiques, pour réaliser des clips... et ça fait "jump, jump, jump..." en concert ! A force de tout confondre avec la polysémie et les homonymes, si vous savez de quoi on parle exactement, n'hésitez pas à faire une conférence au World Trade Center !

Mais attention qu'une bombe ne vous pète pas en pleine figure à Lyon, car c'est du 69 dont il s'agit...

Cependant, si vous n'aimez pas la violence dans le rap, que vous me prenez pour un "fou" et que vous préférez la chanson française,  dîtes vous que "Ah, ça ira, ça ira, ça ira...".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire