jeudi 7 juin 2018

Avez vous lu que "fumer tue" ?


La police peut elle tuer ? Notamment en soins contraints ? 


"Fumer tue", "La fumée du tabac contient plus de 70 substances cancérigènes",  "Fumer peut tuer l'enfant que vous attendez"... et vous pouvez lire plein de choses de ce genre en achetant du tabac.
 
A l'heure médiatique de la "transparence", dans les derniers paquets de "tabac" que j'ai acheté, il n'y avait aucune indication sur le contenu des produits commercialisés contenant du tabac. Autrefois, on pouvait lire qu'il y avait du goudron ou des agents de texture et de saveur mais désormais, le tabac, c'est un peu comme un Kinder surprise ou une boîte de chocolat... car on ne sait jamais sur quoi on va tombé.
 
On ne citera pas, pour éviter d'ennuyer les lecteurs mais surtout les professionnels de la Justice, l'article L113-1 du code de la consommation mais il me semblait évident qu'on devait informer les consommateurs sur les produits achetés. Hélas, les temps changent et désormais, il est préférables de jouer à pile ou face avant de consommer. Le cancer serait il une histoire de chance ?
 
Alors, j'ai récemment contacté le 3989 pour tenter de rencontrer un tabacologue et on m'a fournit un numéro qui ne fonctionne pas. Le 31 mai 2018, j'ai écrit à la SEITA pour tenter d'avoir des informations mais ça ne répond pas non plus.  
 
Mai au fait, qu'est ce que le tabac ? Drogue douce ou drogue dure (entendre la réponse d'une tabacologue à 14mn40 de l'émission "C'est pas sorcier") ? Si cette question vous intéresse, je vous invite à consulter intégralement l'émission "C'est pas sorcier" et vous découvrirez ainsi que le tabac commercialisé n'est pas que du tabac : sauces, arômes, vanille... à partir de 10mn30 mais aussi ammoniac (14mn50)...
 
Face aux dangers du tabagisme, j'ai bien évidemment pris le temps d'écrire à Madame la Ministre de la santé Madame Agnès BUZYN le 8 janvier 2018 en demandant : "...Je ne connais pas l’historique du tabac mais pourquoi autorisez vous aux fabricants de cigarettes de mettre du goudron dans les cigarettes et n’imposez pas un produit de substitution (j’ai pensé au miel mais je n’ai pas encore étudié cette question) au goudron ? Fumer d’autres plantes, comme l’Eucalyptus par exemple, ne serait il pas moins dangereux que le tabac ?...". Et bien évidemment, je n'ai obtenu aucune réponse.
 
Donc, ça serait dangereux mais on serait incapable de savoir pourquoi ?
 
Alors, j'ai testé d'autres produits comme le poivre, le thé, le piment (aïe)... mais le meilleur au goût reste pour le moment la passiflore. Depuis l'apparition de Neandertal, sur les 400 000 végétaux existants, dont certaines plantes sont nommés nicotiana, je vous invite à lire l'article de Wikipédia sur le sujet, les êtres humains qui ont réussi à marcher sur la lune n'ont pas encore trouvé un produit de substitution au dangereux tabac, mot d'origine incontrôlé.
 
Si "Fumer tue", "le fait de donner volontairement la mort à autrui" ne constitue t-il pas un meurtre puni de trente ans de réclusion criminelle ?
 
Alors, je me suis dit que, dans le doute, j'allais arrêter puis j'ai relu quelques notices de médicaments et décidemment, j'arrive pas à accorder de l'importance à ce qui est écrit sur leurs paquets de tabac. Finalement, à y regarder de plus près, les médicaments ne sont ils pas plus dangereux que la cigarette ?
 
Bref, j'ai pas envie d'arrêter de fumer !

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ajouté le 06/07/2018

Après des mois à attendre des réponses du Ministère de la santé et de plusieurs fabricants de tabac, le 4 juillet dernier, j'ai enfin obtenu une brève réponse du Service Consommateur de la Seita. Puisque dans le mail que j'ai adressé à la Seita le 25 juin 2018, j'ai indiqué mener une enquête sur les éventuels dangers du tabac en ajoutant agir en qualité de Chroniqueur Indépendant, je me permets de citer quelques passages de la réponse apportée par le service consommateur de la Seita :

"Nous avons bien reçu votre courrier électronique du 25 Juin 2018.
1. Les paquets de tabac sont présentés d'une manière qui dépend intégralement de la réglementation française, elle-même prise en exécution de la réglementation européenne.
Le non-respect de ces règles peut être sanctionné en fonction des textes applicables.
Nous vous renvoyons à leur lecture si vous souhaitez en savoir davantage.
 
2. Pour des raisons légales également, il ne nous est pas possible de répondre à vos questions sur les avantages comparés des différentes catégories de nicotine ou sur leurs alternatives." 
 
Evidemment, il n'y a pas de point numéro 3 mais je dois déjà avoir un minimum de reconnaissance puisque j'ai enfin obtenu une réponse. 
 
D'emblée, je fais remarquer que l'anonyme Service Consommateur n'a pas véritablement répondu aux deux questions suivantes : "Pensez vous en lisant l'article de Wikipédia sur les Nicotania qu'il existe des alternatives au Nicotiana tabacum ? J'ai tenté de fumer de la passiflore et je pense qu'il pourrait s'agir d'une bonne alternative au tabac actuel si on y ajoutait de la nicotine. Qu'en pensez vous ?".
 
En effet, si la nicotine est présente dans des légumes, n'est il pas possible de penser à des alternatives sans mettre de tabac ? Est ce que c'est le tabac qui tue ou le seul fait de fumer ?
 
Alors, quel est l'intérêt du point numéro 1 de cette réponse ? La manière de présenter les paquets de tabac dépend intégralement, selon le Service Consommateur de la Seita, "de la réglementation française, elle-même prise en exécution de la réglementation européenne" mais bien évidemment, on ne me dit pas quels textes sont applicables par rapport aux sanctions et il faudrait que j'en fasse la lecture sans avoir où ? 
 
Comme d'habitude, des gens évoquent inlassablement des règles, des lois et des textes applicables sans jamais citer aucune source comme s'ils avaient acquis la certitude de les connaître parfaitement et de les appliquer correctement. Pourquoi ne pas ajouter que les paquets sont conformes à de nombreux traités internationaux ou même par l'ONU ?
 
Sur www.journalisere.fr, j'ai indiqué que les "Les textes en ligne sur Légifrance ne sont pas certifiés". On trouve cette mention sur la page "Aide de la rubrique Lois et décrets" du Journal Officiel et comme c'est "agréable" de se sentir aider de cette façon. J'imagine que la Seita dispose d'une bonne équipe de juristes au sein de son entreprise et qu'ils sont, par exemple, abonnés à la version papier du Journal Officiel qu'ils consultent quotidiennement afin de les aider à connaître les réglementations et les lois en vigueur en France. Par contre, j'ignore où ils peuvent consulter des sources fiables en provenance de l'Union Européenne. Les réglementations ne sont pas, au sens strict, des textes législatifs mais ils doivent en être conscients puisque dans le point numéro 2, des "raisons légales" sont invoquées. Mais implicitement, il me reviendrait, selon eux, de chercher ces textes pour en faire la lecture. Pensent ils que je leur ai écrit pour en revenir au point de départ ? 
 
Etant donné que je suis titulaire d'un Master en droit acquis en 2008, je vais donc présenter ma candidature à la Seita afin de travailler avec leur équipe de juristes ou d'exécutants très consciencieux qui prétendent se baser sur des réglementations ou des raisons légales. Ayant travaillé dans un cabinet d'avocats, il serait intéressant pour moi de voir comment ils effectuent leur "veille juridique", à moins qu'ils soient abonnés à Dalloz ou à Litec.
 
Donc, voulant faire de l'information, je déclare solennellement que pour des raisons réglementaires et légales, toute vente de tabac ou de produits alternatifs en France ne doit pas avoir de caractère nocif ou dangereux pour la santé des consommateurs lorsqu'ils sont fumés. En cas d'impossibilité de réaliser la précédente obligation, j'exige l'interdiction de la vente des cigarettes et du tabac à rouler au nom du "principe de précaution". Pour plus de détails, vous pouvez prendre connaissance du code pénal certifié et de la constitution certifiée pour obtenir de plus amples éléments. N'hésitez pas à contacter le Journal Officiel si vous avez besoin d'aide !     
 
 
 
   Texte modifié le 15/09/2018
 
  
 
  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire